L’arrivée de Biden à la Maison-Blanche est de bon augure pour l’agriculture aux États-Unis

 

Points à retenir

  • Stimulées par la reprise de la demande mondiale et la diminution des stocks, les perspectives du secteur agricole s’améliorent aux États-Unis.
  • L’administration Biden pourrait assurer le maintien d’une conjoncture favorable en atténuant les tensions commerciales, en optant pour des politiques monétaire et budgétaire expansionnistes et en assouplissant la politique d’immigration.
  • À plus long terme, l’attention accrue portée au climat et à l’agriculture régénératrice pourrait se traduire par un alourdissement du fardeau réglementaire dans le secteur.
 

 

Alors que l’administration Biden reprend les rênes à Washington, le secteur agricole américain retrouve un bel élan. À la mi-janvier, les prix à terme des principaux produits de base agricoles qui représentaient 48 % des revenus agricoles aux États-Unis en 2019, soit du maïs, du blé et du soya¹, avaient atteint leurs plus hauts niveaux depuis 2014, et les prix au comptant obtenus par les agriculteurs avaient bondi. Le 23 janvier 2021, le Wall Street Journal a mentionné que les perspectives du secteur agricole s’étaient considérablement améliorées aux États-Unis sous l’influence combinée de la reprise de la demande mondiale et de la baisse des stocks².

Le réveil récent des prix des produits agricoles aux États-Unis s’explique notamment par la forte demande en provenance de la Chine, stimulée par le recul du dollar américain. L’administration Biden semble mettre en place un programme susceptible d’entretenir, en 2021, la conjoncture récemment favorable au secteur agricole américain à plusieurs égards, notamment en atténuant les tensions commerciales, en déployant des politiques budgétaire et monétaire expansionnistes qui pourraient exercer une pression à la baisse sur le dollar américain et en assouplissant la politique d’immigration, ce qui améliorerait la disponibilité de la main-d’œuvre agricole.

 

Redressement des prix des cultures en rangs aux États-Unis au quatrième trimestre de 2020

Prix mensuels du maïs, du soya et du blé obtenus à la ferme ($ US le boisseau)

Source : Département de l’agriculture des États-Unis, National Agricultural Statistics Service, données au 30 novembre 2020, consultées le 25 janvier 2021.

 

Évolution de la situation commerciale

Au cours des six derniers mois, les exportations américaines vers la Chine ont considérablement augmenté sous l’effet de la reprise économique rapide de l’empire du Milieu au deuxième semestre de 2020. Les efforts déployés par la Chine pour se conformer à l’accord commercial de phase 1 négocié par l’administration Trump au début de 2020 et le besoin accru de culture fourragère pour reconstituer les troupeaux de porcs décimés par la grippe porcine africaine ont en outre dopé les importations chinoises de produits agricoles américains.

L’administration Biden maintiendra probablement les principaux éléments de la politique commerciale actuelle à court terme et se montrera sans doute moins agressive sur le plan commercial que ne l’étaient les États-Unis dans le contexte des guerres commerciales sous la présidence de Trump. Un assouplissement général des tensions commerciales pourrait atténuer la volatilité des marchés et ouvrir la voie à des conditions permettant aux agriculteurs américains de tirer profit de la forte croissance prévue de l’économie chinoise en 2021. La Banque mondiale table actuellement sur un taux de croissance du PIB de 7,9 % en Chine en 2021³, ce qui stimulera la demande de produits agricoles et permettra à la Chine de reconstituer ses stocks de céréales épuisés cette année.

 

Hausse des exportations de produits agricoles des États-Unis vers la Chine
en 2020

Exportations de produits agricoles des États-Unis vers la Chine continentale, Hong Kong et Macao (G$ US)

Source : Département de l’agriculture des États-Unis, Global Agricultural Trade System, https://apps.fas.usda.gov/GATS/default.aspx, consulté le 25 janvier 2021.

 

Pression à la baisse sur le dollar américain

Le plan de relance de 1 900 milliards de dollars américains proposé par le gouvernement Biden a été approuvé et la Réserve fédérale américaine a réaffirmé son engagement à l’égard d’une politique monétaire extrêmement accommodante qui devrait maintenir les taux d’intérêt à de bas niveaux dans un avenir prévisible. Le projet de loi du gouvernement Biden visant à soutenir le pays dans le cadre de la crise de la COVID-19 s’inscrit dans la foulée du programme d’aide de 900 milliards de dollars américains de décembre 2020, qui prévoyait 26 milliards pour l’agriculture et la nutrition, dont 13 milliards à distribuer aux producteurs et aux transformateurs agricoles au début de 20214. Ces mesures de relance devraient permettre au PIB des États-Unis d’afficher un taux de croissance de plus de 6 % en 2021⁵. La combinaison de cette politique budgétaire expansionniste, de la détente monétaire et de l’intensification de l’activité économique pourrait accroître les tensions inflationnistes et maintenir le dollar américain sur une trajectoire descendante en 2021.

Le dollar américain est déjà redescendu de ses sommets de la fin des années 2010 et se rapproche des moyennes historiques. L’agriculture étant un secteur exportateur net aux États-Unis, la faiblesse du billet vert est généralement favorable aux producteurs américains. De plus, les prix de référence mondiaux de bon nombre de cultures étant établis en dollars américains sur les marchés à terme, notamment pour le maïs, le soya et le blé, le recul du dollar américain aura tendance à faire grimper les prix des produits de base, toutes choses étant égales par ailleurs.

 

Un début d’année 2021 marqué par un dollar américain en baisse et des prix des produits agricoles de base en hausse

Évolution mensuelle de l’indice du dollar américain et de l’indice S&P GSCI Agriculture

Source : Macrobond, données au 31 décembre 2020 consultées le 21 janvier 2021.

 

Amélioration des perspectives quant à la disponibilité de la main-d’œuvre

L’assouplissement de la politique d’immigration par rapport aux années Trump devrait améliorer la disponibilité de la main-d’œuvre. La pénurie de main-d’œuvre a posé problème ces dernières années. L’administration Trump a gelé la rémunération des ouvriers agricoles invités et serré les vannes de l’immigration légale, mais le nouveau gouvernement a déjà exprimé son intention de modifier certaines de ces politiques d’immigration, ce qui devrait accroître la disponibilité de la main-d’œuvre agricole6.

 

Ce que réserve l’avenir

La politique macroéconomique et commerciale plus générale de la nouvelle administration pourrait favoriser l’amélioration en cours de la situation du secteur agricole aux États-Unis. Aucun projet ciblé sur l’agriculture n’est prévu de la part du gouvernement Biden à court terme. En règle générale, en cas de changement du parti au pouvoir, cela n’a pas d’incidence majeure sur les programmes agricoles fédéraux. Les dépenses fédérales affectées à l’agriculture dépendent principalement de la loi agricole, qui est renouvelée tous les cinq ans et dont la dernière réadoption date de décembre 2018. Il se pourrait, par contre, que le prochain plan d’aide aux personnes touchées par la crise de la COVID-19 prévoie un élargissement du programme SNAP (de coupons alimentaires). 

Tom Vilsack, nommé par Joe Biden au poste de secrétaire d’État à l’Agriculture, est un visage connu, puisqu’il a déjà occupé ce poste pendant la présidence d’Obama, ce qui devrait inspirer un sentiment de stabilité. Lors de sa première entrevue depuis sa nomination, M. Vilsack a donné des indications de l’orientation de l’administration Biden, qui entend notamment mettre l’accent sur le climat et l’agriculture régénératrice, ainsi que sur la relance au sortir de la crise de la COVID-19⁷. Au-delà de 2021, l’administration Biden pourrait exercer un certain frein en resserrant la réglementation, ce qui pourrait faire pression sur les coûts en raison de l’augmentation du coût de main-d’œuvre et des intrants, et de l’obligation de respecter des normes environnementales plus strictes.

1 Farm income and wealth statistics, Département de l’agriculture des États-Unis, Economic Research Service, au 25 janvier 2021. 2 « Surging food prices fuel surprise farm recovery », The Wall Street Journal, au 22 janvier 2021. 3 Communiqué de presse de la Banque mondiale : « China’s economic recovery has picked up but risks remain », au 23 décembre 2020. 4 « Overview of agriculture and nutrition provisions in December 2020 Covid relief package », Agriculture Committee, Chambre des représentants des États-Unis, janvier 2021. 5 « Goldman Sachs nudges U.S. growth forecast higher on Biden stimulus plan », Reuters, au 16 janvier 2021. 6 « Biden DOL withdraws Trump actions for H-1b visas, farm workers », Bloomberg, au 21 janvier 2021. 7 « Vilsack see bid shift in ag induced by climate », The Storm Lake Times, au 22 janvier 2021.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19) perturbe ainsi considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Une crise sanitaire ainsi que des épidémies et pandémies futures pourraient avoir, sur l’économie mondiale, des répercussions qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques préexistants, qu’ils soient politiques, sociaux ou économiques. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille. 

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.

Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. 

Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus de 100 ans d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers ainsi que dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site www.manulifeim.com/institutional/ca/fr

Australie : Hancock Natural Resource Group Australasia Pty Limited, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Brésil : Hancock Asset Management Brasil Ltda. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine : Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen Manulife Investment Management (Ireland) Ltd., qui est habilité et régie par l’organisme Central Bank of Ireland. Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT Manulife Aset Manajemen Indonesia. Japon : Manulife Investment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Asset Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taiwan : Manulife Asset Management (Taiwan) Co., Ltd. Royaume-Uni : Manulife Investment Management (Europe) Limited, qui est habilitée et régie par l’organisme Financial Conduct Authority. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Marchés privés Gestion de placements Manuvie (États-Unis) SARL et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

532836

Oliver S. Williams IV, CFA

Oliver S. Williams IV, CFA, 

Chef mondial, Placements dans le secteur agricole, Hancock Natural Resource Group

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Keith A. Balter

Keith A. Balter, 

Directeur général, Recherche économique, Hancock Natural Resource Group, société faisant partie de Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Daniel Serna

Daniel Serna, 

Économiste agricole principal

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio