Comment les investisseurs devraient-ils voir les prochaines élections américaines?

Il n’est pas inhabituel que la volatilité grimpe et que l’incertitude augmente lors de la dernière partie de la période précédant les élections américaines. En tant que stratèges et responsables de la répartition de l’actif, nous restons dans l’ensemble optimistes à l’égard des actifs risqués, mais nous sommes également vigilants à l’égard des risques associés aux cycles électoraux.

Les résultats de ces élections fourniront des renseignements importants sur l’orientation future de la politique budgétaire, commerciale et réglementaire des États-Unis. Ils donneront aux investisseurs l’occasion de mettre en œuvre des positions plus nuancées sur le marché. Cela dit, nous continuons de croire que plusieurs grands thèmes macroéconomiques structurels resteront particulièrement pertinents pour les investisseurs, peu importe le résultat des élections.

Essentiellement, même si les investisseurs pourraient être tentés de se diriger vers les sorties en raison de l’incertitude accrue, nous nous y opposons. Comme Nathan W. Thooft, CFA, notre chef mondial, Répartition de l’actif, l’a déjà mentionné, les données historiques suggèrent qu’il est logique pour les investisseurs ayant un horizon de placement à long terme de conserver leurs placements, même lorsqu’ils sont confrontés à des niveaux élevés d’incertitude.

Il est également important de se rappeler que les résultats des élections présidentielles de 2000 aux États-Unis n’ont été finalisés que 36 jours après le vote.

Les incertitudes des éléments clés connus

Selon nous, deux facteurs clés détermineront l’orientation du marché dans les heures, et possiblement dans les jours suivants les élections – le temps qu’il faudra pour que le résultat soit définitif et la composition du gouvernement américain, qui dépend non seulement de l’issue des élections présidentielles, mais aussi des résultats des élections au Congrès. 

Quand connaîtrons-nous le résultat final?

Compte tenu du vote par la poste plus élevé qu’à l’habitude, il est tout à fait possible qu’un élu ne soit pas déclaré gagnant le 3 novembre. Certains États américains, comme la Floride et l’Arizona, ont des procédures de prétraitement qui leur permettent de commencer à compter les bulletins de vote par la poste à l’avance; d’autres peuvent seulement commencer le dépouillement le jour des élections ou le jour précédent. Naturellement, ce n’est pas ce à quoi nous sommes habitués, et les marchés ont réagi en optant pour des prix plus volatils en novembre et en décembre. Cependant, il est également important de se rappeler que les résultats des élections présidentielles de 2000 aux États-Unis n’ont été finalisés que 36 jours après le vote¹. Autrement dit, même si nous devions faire face à un retard en novembre, ce n’est pas sans précédent.

La composition du gouvernement pourrait avoir plus d’importance que la personne qui remporte la présidence.

Alors que les démocrates s’attendent généralement à conserver leur majorité à la Chambre des représentants (au moment de la rédaction), l’accent est désormais mis sur le Sénat. En plus d’être une course beaucoup plus serrée, nous croyons également que la lutte pour le contrôle du Sénat est beaucoup plus pertinente pour les investisseurs – le résultat pourrait influencer les politiques américaines futures, comme les accords commerciaux et la politique budgétaire.

La taille de la majorité du parti aux commandes du Sénat pourrait aussi faire toute la différence.

Selon nous, si le Parti républicain – qui privilégie généralement une approche plus conservatrice en matière de dépenses budgétaires – parvient à conserver sa majorité au Sénat, il est raisonnable de présumer que les dépenses du gouvernement américain au cours des prochaines années pourraient être relativement inférieures à ce qu’elles auraient été autrement.

À ce stade-ci, il est tout aussi important de porter attention à la taille de la majorité d’un parti au Sénat, ce qui pourrait aussi faire une énorme différence. Le chiffre magique est de 60. Si l’un ou l’autre des partis réussit à remporter au moins 60 sièges au Sénat, il sera beaucoup plus difficile pour son adversaire d’utiliser des manœuvres d’obstruction, ce qui facilitera grandement la tâche de faire avancer le programme du parti majoritaire.

Fait intéressant, les marchés se sont généralement mieux comportés lorsque le gouvernement est divisé et que les deux partis politiques conservent une certaine forme d’influence sur le processus d’élaboration des politiques², car il est plus difficile pour l’administration de procéder à des changements de politique importants. Cela signifie qu’il est plus probable que rien ne change. Cependant, étant donné que l’économie devrait rester très fragile au premier semestre de 2021, un gouvernement divisé pourrait retarder toute aide budgétaire, ce qui pourrait accroître l’incertitude dans le contexte général.

Quatre scénarios à surveiller

L’histoire nous a appris que les sondages peuvent ne pas être fiables. Par conséquent, au lieu d’attribuer des probabilités aux résultats en fonction des sondages électoraux, nous croyons qu’il est plus pratique de mettre l’accent sur les quatre résultats électoraux les plus probables et les incidences de chacun d’eux. Ces scénarios supposent que les démocrates conservent le contrôle de la Chambre des représentants.

D’un point de vue macroéconomique, la politique budgétaire, les changements structurels à la réglementation des principaux secteurs (particulièrement ceux qui sont pertinents pour l’ensemble de l’économie) et la politique commerciale intéressent particulièrement les investisseurs, étant donné leur incidence respective sur les perspectives de croissance et d’inflation, le sentiment général de risque, et le marché des changes. 

 

Un second mandat pour le président Trump

Joe Biden crée un nouveau gouvernement

Les républicains conservent le contrôle du Sénat

Du point de vue fiscal

Un plan de relance modéré est probable, quoique d’une plus petite envergure par rapport à ce qu’il aurait été si les démocrates avaient pris le contrôle du Sénat. Dans ce scénario, nous nous attendons à ce que le dollar américain se renforce, ce qui n’est pas le cas advenant des résultats électoraux différents. Dans ce scénario, les pressions inflationnistes seront aussi vraisemblablement peu élevées comparativement à ce qu’elles seraient en cas de victoire écrasante des démocrates.

Selon nous, ce résultat pourrait ouvrir la voie à l’adoption d’un plan de relance modéré – qui, par rapport aux trois autres résultats présentés ici, est possiblement la plus petite d’envergure – à la suite de longues négociations.

Surveillance des principaux secteurs

Nous nous attendons à ce que ce scénario soit favorable aux sociétés du secteur de la technologie sur une base relative comparativement aux autres résultats, car celles-ci seraient moins susceptibles de faire face à la perspective de hausse d’impôt pour le moment.

Dans ce scénario, il pourrait être difficile pour le nouveau gouvernement de présenter des réformes majeures. Les secteurs susceptibles de tirer profit du statu quo (par exemple, les soins de santé) pourraient profiter d’un répit, les risques perçus découlant des changements réglementaires s’atténuant; cependant, les secteurs qui avaient tiré profit des attentes croissantes à l’égard d’un important plan de relance pourraient perdre du terrain par rapport aux gains récents.

Commerce mondial

Dans ce scénario, nous nous attendons essentiellement au maintien du statu quo, même si la possibilité d’une recrudescence des tensions géopolitiques – qui pourrait entraîner la création de nouvelles barrières commerciales – ne peut être écartée. Si cela devait arriver, le dollar américain, qui profite du statut de valeur refuge, pourrait se raffermir.

Le nouveau gouvernement est susceptible d’adopter une approche relativement moins agressive en matière de commerce mondial et de politique étrangère par rapport à celle de son prédécesseur. Nous nous attendons à ce que les tensions persistent, mais elles seront probablement modérées dans une certaine mesure.

Les démocrates prennent le contrôle du Sénat

Du point de vue fiscal

Nous nous attendons à ce qu’un important plan de relance budgétaire soit rapidement adopté, compte tenu des récents commentaires du président Trump à ce sujet. Dans ce scénario, nous croyons que le dollar américain se maintiendra dans une fourchette, car en dépit de la perspective d’un déficit budgétaire plus important (qui entraîne habituellement un affaiblissement du billet vert) l’incertitude géopolitique croissante fait en sorte que la devise profite de son statut de valeur refuge.

Des quatre scénarios présentés ici, nous pensons que ce résultat conduira à l’adoption du plus important plan de relance budgétaire pour soutenir l’économie américaine. Nous nous attendons à ce que le plan soit financé par la Réserve fédérale américaine (la Fed) et, durant plusieurs années, par un impôt des sociétés plus élevé.

Surveillance des principaux secteurs

Nous pensons que le secteur de l’énergie pourrait profiter d’un certain répit, la promulgation de règlements plus stricts sur le climat étant une perspective moins probable pour le moment.

Il est probable que les secteurs des technologies et des soins de santé subiront des pressions à mesure que le gouvernement commence à mettre en œuvre les propositions qu’il a présentées pendant la campagne, en particulier le nouvel impôt sur le revenu mondial à faible taux d’imposition tiré de biens incorporels et l’impôt additionnel sur les revenus comptables à l’échelle mondiale. En revanche, le secteur des produits industriels et d’autres secteurs susceptibles d’obtenir un soutien direct ou indirect découlant de l’augmentation prévue des dépenses budgétaires pourraient bénéficier de ce résultat.

Commerce mondial

Dans ce scénario, nous nous attendons à ce que le gouvernement maintienne son approche agressive en matière de commerce mondial et de politique étrangère. Cela dit, nous croyons que la rhétorique commerciale sera un peu moins agressive comparativement à ce qu’elle serait dans le scénario où les républicains conservent le contrôle du Sénat.

Du point de vue de la politique commerciale, nous pensons que ce résultat favorisera probablement l’adoption de l’approche la moins agressive; cependant, nous continuons de croire que les tensions commerciales mondiales et le virage vers la démondialisation persisteront, même dans ce scénario.

Les prévisions ou autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs ou des prévisions ne sont à jour qu’à la date indiquée. Il n’y a aucune garantie que de tels événements se produiront.

Trois thèmes à long terme qui comptent, quel que soit le résultat

Les prochaines élections aux États-Unis sont assurément importantes, mais nous pensons que les investisseurs devraient aussi prêter attention aux thèmes macroéconomiques émergents qui joueront probablement un rôle important dans l’orientation des marchés des capitaux mondiaux.

  1. Nous continuons de croire que les taux d’intérêt demeureront extrêmement faibles dans les marchés développés. Nous ne nous attendons pas à ce qu’une grande banque centrale relève les taux d’intérêt au cours des cinq prochaines années et pensons plutôt qu’il est probable que les taux directeurs soient de nouveau baissés, les poussant en territoire négatif (dans certains cas, en territoire encore plus négatif). Un retour à un contexte de faiblesse prolongé des taux d’intérêt, combiné à la décision de la Fed de cibler une inflation moyenne et à l’abondance de programmes d’assouplissement quantitatif très importants pourrait signifier que les taux mondiaux resteront faibles pendant un certain temps – notamment sur la portion à court terme de la courbe des taux, jusqu’aux échéances à 10 ans. La recherche de meilleurs taux devient donc une tâche plus difficile pour les investisseurs, ce qui les pousse probablement à prendre plus de risques et les oblige à intégrer des actifs présentant des profils risque/rendement moins souhaitables.
  2. D’une certaine façon, les règles sur la façon dont nous examinons la question des soldes budgétaires ont changé avec l’éclosion de la COVID-19. Nous prévoyons que le ratio dette-PIB de la plupart des économies développées demeurera près des niveaux historiquement élevés au cours des prochaines années. Selon la même logique, nous nous attendons aussi à ce que les émissions de titres d’emprunt d’État — en particulier les obligations à long terme — augmentent, ce qui exercerait des pressions à la baisse sur les segments à très long terme de la courbe des taux.
  3. Enfin, peu importe l’issue des élections américaines, nous nous attendons à ce que les tensions géopolitiques demeurent élevées pendant un certain temps. La crise sanitaire persistante et ses répercussions sur l’économie mondiale ne manqueront pas d’accroître le sentiment d’incertitude, tout comme la réapparition des tarifs douaniers, à mesure que se concrétise le mouvement progressif mettant fin à des décennies de mondialisation, ainsi que ses diverses répercussions sur la chaîne d’approvisionnement mondiale. 

1 « The Bush-Gore Recount is an Omen for 2020 »The Atlantic, 17 août 2020. « Blue Wave Breaches the Red Wall », Bank of America Merrill Lynch, 8 novembre 2018.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19) perturbe ainsi considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire, ainsi que d’autres épidémies et pandémies susceptibles de survenir à l’avenir, pourraient avoir des conséquences sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.

Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation des renseignements ou des analyses présentés. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie.

Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus de 150 ans d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers ainsi que dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site www.manulifeim.com/institutional/ca/fr.

Australie : Hancock Natural Resource Group Australasia Pty Limited, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Brésil : Hancock Asset Management Brasil Ltda. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine : Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen et Royaume-Uni : Manulife Investment Management (Europe) Limited, qui est régie et réglementée par l’organisme Financial Conduct Authority, Manulife Investment Management (Ireland) Ltd. qui est régie et réglementée par l’organisme Central Bank of Ireland. Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT Manulife Aset Manajemen Indonesia. Japon : Manulife Investment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad (auparavant Manulife Asset Management Services Berhad), numéro d’inscription : 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Asset Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taïwan : Manulife Asset Management (Taiwan) Co., Ltd. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Marchés privés Gestion de placements Manuvie (États-Unis) SARL et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

524741

Frances Donald

Frances Donald, 

Directrice générale, économiste en chef, Monde et chef mondiale, Stratégie macroéconomique

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio