Voilà à quoi ressemble une pandémie sur le plan économique

Nous traversons actuellement une période que personne n’oubliera jamais ni n’aurait pu imaginer il y a à peine quelques mois. Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a qualifié l’épidémie de COVID-19 de pandémie mondiale. Pendant les semaines qui ont précédé cette déclaration, nous avons été témoins d’une chute brutale des marchés boursiers et d’un resserrement marqué de la liquidité sur les marchés des titres de créance. Depuis, plusieurs gouvernements et banques centrales ont annoncé des mesures de relance économique massives et déclaré l’état d’urgence tandis que le monde attend, principalement confiné à la maison, que le virus suive son cours. En attendant qu’un vaccin puisse être mis au point, nous continuons d’être inspirés par les professionnels de la santé qui sont en première ligne et qui travaillent fort pour sauver des vies.

Le confinement à la maison a provoqué une pause sans précédent de la plus grande partie de l’activité économique mondiale. La fermeture des frontières, l’interruption des chaînes d’approvisionnement et les mises à pied faussent temporairement les mesures statistiques économiques, ce qui rend difficile de connaître l’ampleur de la récession mondiale. Entre-temps, la chute des marchés mondiaux a été plus importante et plus abrupte que ce que tout le monde aurait pu prévoir. Malgré un moindre endettement par rapport aux autres membres du G7, l’économie canadienne a été surprise alors qu’elle était déjà en mauvaise posture en raison des barrages ferroviaires qui ont perturbé le transport des marchandises et de l’effondrement des prix du pétrole à la suite d’un différend concernant la production entre l’Arabie saoudite et la Russie.

Les représentants des gouvernements et les décideurs du monde entier ont rapidement mis en œuvre des programmes et des politiques pour combler le manque de financement causé par ce que les experts appellent « la grande pause ». Ces programmes visent à procurer un répit aux entreprises dont les flux de trésorerie ont soudainement disparu et aux personnes qui ont perdu leur emploi à la suite de la décision des gouvernements provinciaux de fermer les entreprises non essentielles. Au Canada et aux États-Unis, les banques centrales ont fortement réduit les taux d’intérêt et ont annoncé des mesures supplémentaires, comme utiliser leur bilan, pour alléger les dommages économiques causés par la COVID-19.

L’indice S&P&TSX a clôturé le trimestre en baisse de 21,6 %, après avoir touché un creux pendant le trimestre, affichant ainsi un rendement proche du rendement médian des marchés boursiers mondiaux.1 L’indice Dow Jones a connu son pire début d’année et l’indice S&P 500, son pire trimestre depuis 2018. Les marchés obligataires ont également gelé en mars, en raison de l’important resserrement de la liquidité dans l’ensemble du marché. Il est très rare que toutes les catégories d’actif public – les actions et les titres à revenu fixe – perdent beaucoup de valeur en même temps, mais c’est exactement ce qui s’est produit.

En ce début de deuxième trimestre, l’incertitude quant au moment où cette pandémie sera maîtrisée continue de peser sur les marchés. Bien que nous nous attendions à ce que les marchés se redressent, le moment est encore imprévisible. De nombreux analystes prévoient le retour de la croissance économique et d’une situation plus normal sur les marchés d’ici le quatrième trimestre. À court terme, nous nous attendons à ce que la volatilité continue d’être intense.

Lorsque vous passerez en revue votre portefeuille, assurez-vous de parler à votre conseiller en placement. Il est le mieux placé pour vous fournir des renseignements à jour et des renseignements sur ce que nous entrevoyons pour l’avenir et sur l’incidence que la situation actuelle a, le cas échéant, sur vos objectifs à moyen et à long terme. Nous vous souhaitons à tous un printemps en santé et nous espérons une solution rapide à cette crise.

1 Source : Bloomberg

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19) perturbe ainsi considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire, ainsi que d’autres épidémies et pandémies susceptibles de survenir à l’avenir, pourraient avoir des conséquences sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement. Le document contient de l’information sur la stratégie de placement qui y est décrite et ne présente pas un portrait complet des objectifs, des risques, des politiques et des lignes directrices en matière de placement ni de la gestion de portefeuille et de la recherche qui sous-tendent cette stratégie. Les commentaires contenus dans le présent rapport sont fournis aux clients à titre informatif seulement et ne visent aucunement à recommander un titre ou un secteur. Les opinions exprimées sont celles de Gestion privée Manuvie à la date de rédaction du document et elles sont sujettes à changement. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Le présent document ne constitue ni une offre ni une invitation à quiconque de la part de Gestion privée Manuvie, au sujet de l’achat ou de la vente d’un titre. Les rendements passés ne constituent pas une indication des résultats futurs. Bien que les analyses et renseignements présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation du présent document ou des renseignements et analyses qu’il contient. Ni Gestion privée Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument la responsabilité des pertes ou dommages directs ou indirects éventuels, ni de quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque ayant agi sur la foi des renseignements du présent document. Veuillez noter que ce document ne peut être partiellement ni totalement reproduit. Gestion privée Manuvie est une division de Gestion de placements Manuvie limitée et de Distribution Gestion de placements Manuvie inc. Les services de placement sont offerts par Gestion de placements Manuvie limitée et/ou par Distribution Gestion de placements Manuvie inc. Les services et les produits bancaires sont offerts par la Banque Manuvie du Canada. Les services de gestion de patrimoine et de planification successorale sont offerts par La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers. Manuvie, le M stylisé, Gestion privée Manuvie et le logo qui l’accompagne sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisés par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

Glen Brown

Glen Brown, 

VP, Directeur général et chef, Gestion privée Manuvie

Gestion privée Manuvie

Read bio