Perspectives macroéconomiques mondiales T1 2023 : Nouvelle année, nouvel horizon

Une dynamique stagflationniste persistante, des bouleversements géopolitiques et une Fed agressive. Pour l'année à venir, nous nous attendons à une année en deux temps, avec des conditions difficiles au premier semestre et une amélioration au second semestre. Nous examinons les tendances macroéconomiques qui pourraient définir 2023.

Perspectives de croissance mondiale : qu’est-ce que 2023 nous réserve?

La croissance mondiale semble vouloir ralentir sensiblement et se situer bien en deçà du seuil de 3 % que le Fonds monétaire international utilise pour définir les récessions mondiales1. Si l’on exclut le choc de la COVID-19 et la crise financière mondiale, un ralentissement de cet ampleur pourrait faire de 2023 la pire année sur le plan de la croissance mondiale depuis les années 1980.

Notre analyse suggère que la plupart des économies avancées entreront en récession en 2023. Les États-Unis seront confrontés à l'impact décalé du resserrement agressif de la Réserve fédérale américaine (Fed). La faiblesse économique sera particulièrement prononcée dans les économies sensibles aux taux d'intérêt comme le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni. En Europe continentale, le ralentissement de la croissance sera principalement dû à des chocs négatifs particulièrement importants au niveau des termes de l'échange. Parallèlement, le ralentissement de la demande finale des économies avancées, l'inflation élevée et la vigueur persistante du dollar américain devraient se transformer en facteurs défavorables importants pour les marchés émergents. De plus, en Chine continentale, la fin chaotique de la politique zéro COVID, la faiblesse de la demande extérieure, un secteur immobilier toujours en difficulté et un soutien politique insuffisant pourraient bien maintenir le PIB du pays en dessous de la tendance jusqu'en 2024.

Heureusement, notre analyse suggère que les perspectives de croissance s’éclairciront légèrement au second semestre, au cours duquel ces facteurs défavorables devraient s'atténuer et laisser place à des conditions plus favorables pour les marchés financiers.

Perspectives de croissance mondiale en 2023

Selon notre scénario de base, le choc négatif imminent de la demande est suffisant pour que les préoccupations relatives à la croissance prennent la place des craintes concernant le contexte inflationniste, ce qui pourrait ouvrir la voie à un revirement plus concilient de la politique monétaire des banques centrales au quatrième trimestre. Cela est reflété par prix actuels des marchés¹ et à la tendance historique des cinq dernières décennies pendant lesquelles des hausses de taux rapides et importantes ont resserré les conditions financières si rapidement que le ralentissement de la croissance qui a suivi a entraîné un revirement brutal du cycle de la Fed, passant d'un resserrement à un assouplissement.

Risque #1 pour notre scénario - Les prix devraient rester élevés

Il est souvent difficile d’observer les effets d’une politique monétaire sur l’économie réelle avant 12 à 18 mois. Nous craignons que la transmission de l'actuel cycle de resserrement mondial ait à peine commencé. En effet, historiquement, le ralentissement de la croissance se manifeste une fois le cycle de resserrement terminé. Au cours de l'année qui vient de s'écouler, les conditions financières mondiales ne sont passées en territoire restrictif qu'en mars 2022, un seuil que les États-Unis ont franchi six mois plus tard.

Risque #2 pour notre scénario - La politique zéro COVID en Chine continentale

Nous maintenons notre opinion selon laquelle la voie de la réouverture ne prendra un élan significatif qu'après le Congrès national du parti en mars 2023. La volonté affichée récemment de mobiliser l'ensemble de la société pour encourager les personnes âgées à se faire vacciner constitue un changement important, même s'il reste à voir si si la persuasion permettra à elle seule de faire progresser le taux de vaccination ou si le déploiement se fera aussi rapidement que prévu.

Risque #3 pour notre scénario - Force du dollar : trop tôt pour parler d’un sommet

Une baisse du dollar américain (USD) est généralement associée à une amélioration des perspectives de croissance mondiale et à un environnement favorable aux marchés à risque (l'inverse est également vrai). Pour que la dépréciation du dollar se poursuive, il faudrait que la croissance économique mondiale en dehors des États-Unis soit supérieure à la croissance américaine et que les écarts de taux d'intérêt entre les États-Unis et le reste du monde se réduisent. Toutefois, aucune de ces deux dynamiques ne semble probable pour l'instant.

Définir les revirements de politique des banques centrales

Il s'agit d'un autre facteur que nous pensons que les investisseurs devraient prendre en considération : Comment devons-nous définir un revirement de politque? Ces dernières semaines, l'attention du marché s'est portée sur la prévision du sommet du cycle de resserrement mondial, et il a été souvent fait mention du revirement des politiques des banques centrales. Le terme revirement est manifestement devenu le terme à la mode pour décrire à peu près n’importe quelle évolution de politique monétaire.

Cette description ne rend toutefois pas suffisamment compte de la complexité des cycles de taux d'intérêt, car ces revirements impliquent un degré élevé de variabilité en termes de synchronisme et d'ampleur. Il est important de noter que nous ne parlons pas d'une seule banque centrale, mais de plusieurs banques centrales, chacune d'entre elles opérant avec des contraintes et des défis différents.

Politique monétaire : de resserrement à assouplissement

Un graphique, produit en date du 16 décembre 2022, montrant que les banques centrales de Nouvelle-Zélande et de Thaïlande continuent de relever activement leurs taux, sans aucun signe de ralentissement, alors que la plupart des banques centrales - y compris les États-Unis, le Brésil, le Canada, le Mexique, l'Inde et la zone euro - ont commencé à ralentir le rythme des hausses de taux. L'image montre également que les banques centrales du Japon, de Malaisie et de Chine continentale sont au sommet de leur taux directeur, tandis que la banque centrale de Turquie a procédé à des baisses de taux d'intérêt.

Source: Gestion de placements Manuvie, au 16 décembre 2022. La Banque de réserve d'Australie est à cheval sur les phases un, deux et trois : Bien qu'elle ait annoncé récemment de plus petites baisses de taux d'intérêt, les procès-verbaux et les déclarations de la banque centrale suggèrent qu'elle souhaite conserver l'option de relever les taux de manière plus importante à l'avenir..

Au 13 décembre 2022.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée.

Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients actuels et potentiels de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni ses représentants (collectivement, « Gestion de placements Manuvie ») ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit.

Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Gestion de placements Manuvie n’assume pas de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une approche de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19), par exemple, perturbe considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire, ainsi que d’autres épidémies et pandémies susceptibles de survenir à l’avenir, pourraient avoir des conséquences sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué, s’il y a lieu, par Gestion de placements Manuvie et ses filiales et sociétés affiliées, qui comprennent la marque John Hancock Investment Management.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

2443043

Frances Donald

Frances Donald, 

Économiste en chef, Monde et stratège, Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Sue Trinh

Sue Trinh, 

Sue Trinh, stratège principale, Macroéconomie, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Alex Grassino

Alex Grassino, 

Chef, Stratégie macroéconomique, Amérique du Nord, équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Eric Theoret, CFA, CMT

Eric Theoret, CFA, CMT, 

Global Macro Strategist, Multi-Asset Solutions Team, Manulife Investment Management

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Erica Camilleri

Erica Camilleri, 

Analyste de macroeconomie globale, équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Dominique Lapointe, CFA

Dominique Lapointe, CFA, 

Stratège, Macroéconomie mondiale, équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio