Les risques ne manquent pas : Moment macroéconomique

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine, la persistance d’une inflation élevée et la hausse des taux d’intérêt tant attendue par la Fed ont effrayé les investisseurs, tandis que les prix des denrées alimentaires augmentent à leur rythme le plus rapide en quatre décennies.

Les cycles de resserrement de la Fed ne sont pas tous identiques


À mesure que nous avançons dans le cycle économique et que nous nous rapprochons du resserrement des banques centrales, les comparaisons avec les cycles de resserrement précédents et la façon dont les taux des titres du Trésor y ont réagi abondent. En surface, il est facile de comparer le cycle de resserrement que nous amorçons avec ceux du passé, mais il faut savoir que les cycles de resserrement de la Fed ne sont pas tous identiques. Il est important de faire la distinction entre ceux qui se sont produits pendant un contexte macroéconomique baissier et ceux qui se sont produits pendant l’accélération de la croissance.

Par exemple, le resserrement monétaire amorcé par la Fed en 1984 et en 2004 a coïncidé avec des périodes de ralentissement de la croissance du PIB et de baisse des indices PMI. Dans le premier cas, les taux des titres du Trésor ont augmenté au début du cycle, mais sont revenus au point de départ lorsque la Fed a mis fin au resserrement. Au cours de la période de 2004 à 2006, les taux se sont négociés dans une fourchette et n’ont augmenté qu’au cours des derniers mois du cycle de resserrement d’environ deux ans.


Notre scénario de base pour 2022  présente à la fois un ralentissement de la croissance (de 5,7 % en 2021 à 4,4 % en 2022) et une baisse des indices PMI. De plus, le conflit entre la Russie et l’Ukraine présente un risque géopolitique accru et rehausse la probabilité d’un contexte de stagflation selon notre scénario de base. En bref, il ne serait pas prudent de supposer que les taux des titres du Trésor augmenteront simplement parce que la Fed est maintenant en mode de resserrement. L’histoire (et la logique économique) nous enseigne que la trajectoire de l’économie a une incidence majeure sur les taux du marché. Cela dit, si les risques de baisse liés à notre scénario de base se manifestent, nous ne verrons peut-être pas les hausses élevées des taux des titres du Trésor auxquelles beaucoup s’attendent. 

Les taux des titres du Trésor n’augmentent pas toujours pendant les cycles de resserrement

Taux des titres du Trésor américain à 10 ans et indices PMI au cours du cycle de resserrement de 1984

Graphique linéaire montrant les taux des bons du Trésor américain à 10 ans par rapport aux indices PMI manufacturiers ISM en 1984. Les indices PMI ont baissé alors que les taux augmentaient, mais ils ont ensuite terminé là où ils avaient commencé.
Source : Bloomberg, Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 1er mars 2022.

Taux des titres du Trésor américain à 10 ans et indices PMI au cours du cycle de resserrement de 2004

Graphique linéaire montrant les taux des bons du Trésor américain à 10 ans par rapport aux indices PMI manufacturiers ISM de 2004 à 2006. Les PMI ont baissé alors que les taux stagnaient avant d'augmenter légèrement à la fin du cycle de resserrement.
Source : Bloomberg, Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 1er mars 2022.

L’inflation des denrées alimentaires se répercute sur la consommation personnelle

Nous soutenons depuis longtemps que le consensus sous-évaluait une hausse importante de l’inflation des denrées alimentaires et, dans la dernière publication des données de l’IPC, les prix des produits alimentaires ont augmenté à un rythme de 7,9 %, soit la plus forte hausse par rapport à l’année précédente depuis 1981. La hausse des prix des denrées alimentaires continue donc de miner la consommation personnelle aux États-Unis. En avril 2020, les dépenses alimentaires des Américains, en pourcentage des dépenses totales, ont atteint 9,4 %, un sommet depuis le début des années 1990. Mais cela était principalement dû au fait que le dénominateur de cette équation (dépenses alimentaires totales) était faible, puisque les consommateurs ne dépensaient pas beaucoup sur autre chose en raison des mesures de confinement. À 7,8 % (en janvier), ce chiffre est inférieur au sommet atteint il y a deux ans, mais reste nettement supérieur aux niveaux des vingt dernières années.

Malheureusement, les catégories de denrées alimentaires qui ont connu la plus forte inflation sont les fruits et légumes, ainsi que la viande et le poisson. Étant donné le caractère inélastique de la demande tant pour les denrées alimentaires (puisque nous devons manger) que pour l’énergie (dont nous savons que les prix ont fortement augmenté), nous considérons cela comme une taxe pour le consommateur. L’implication plus large est au bout du compte une baisse de la consommation et donc un facteur défavorable pour la demande globale et la croissance. Et si l’inflation alimentaire aux États-Unis est un frein pour le consommateur, elle est particulièrement douloureuse pour de nombreux pays émergents, où la consommation alimentaire en pourcentage des dépenses des ménages est plus élevée, ainsi que pour les pays qui dépendent plus fortement des importations pour leur alimentation. Fait important, dans tous les pays, la douloureuse inflation alimentaire creuse l’écart de revenu et met en évidence de nouvelles inégalités, un thème essentiel alors que nous intégrons les questions environnementales, sociales et de gouvernance dans notre analyse macroéconomique.

La hausse des prix des denrées alimentaires est une taxe imposée au consommateur

Augmentation des prix des denrées alimentaires et des dépenses aux États-Unis depuis 1980

Graphique linéaire de l'IPC alimentaire américain et des dépenses alimentaires américaines en pourcentage des dépenses totales depuis 1980. Le premier était en baisse mais a connu un pic pendant le COVID, tandis que le second est maintenant à son plus haut niveau depuis 1980.
Source : Bloomberg, Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 1er mars 2022. IPC désigne l’indice des prix à la consommation.

L’aversion pour le risque reflète la prudence

Un indice composite d’aversion pour le risque qui mesure l’écart et la volatilité sur les marchés des titres de créance, des actions, des pays émergents et des monnaies a récemment atteint son plus haut niveau depuis avril 2020 (qui était lui-même le plus haut niveau depuis la crise financière mondiale). Plus précisément, l’aversion pour le risque global du marché est supérieure à deux écarts-types par rapport à sa moyenne à long terme. En d’autres termes, les marchés se montrent craintifs.

Avec peu de « portes de sortie » réalistes pour la désescalade dans un avenir prévisible, l’aversion pour le risque devrait rester élevée. Nous avons donc examiné le rendement de l’indice S&P 500, de l’indice MSCI Marchés émergents, du dollar américain et des taux des titres du Trésor américain à 10 ans pour avoir une idée des risques si l’aversion à leur égard devait rester élevée. En général, les résultats indiquent une baisse du rendement des actions (et une contre-performance des marchés émergents), un dollar américain plus fort ainsi qu’un recul des taux des titres du Trésor.

À ce stade, les chocs de l’offre et de la demande (réduction de l’offre mondiale de produits de base; inflation des prix des produits de base; réduction des exportations vers la région; diminution de la confiance des consommateurs et des entreprises) liés à la crise en Ukraine commencent à être bien compris. Mais nous pensons qu’un des risques macroéconomiques et de marché sous-estimés est que la confluence de l’aversion pour le risque et des sanctions (y compris « l’autosanction », par laquelle les contreparties évitent de traiter même avec des noms non sanctionnés pour éviter le risque de sanctions ultérieures) pourrait entraîner une perturbation majeure des chaînes de garanties mondiales et du financement en dollars américains. Cette évolution pourrait se transformer en un choc de financement/liquidité, ce qui nuirait davantage à la croissance économique. Même si les tensions de financement ne se manifestent pas encore dans la crise actuelle, la prudence est de mise.

Portrait de l’aversion pour le risque

Indice d’aversion pour le risque du marché

Graphique d'un indice d'aversion au risque du marché mondial en 2000. Il est actuellement à plus de 2 écarts-types au-dessus de sa moyenne.
Source: S&P Dow Jones, Macrobond, Gestion de placements Manuvie, au 15 mars 2022

Investing involves risks, including the potential loss of principal. Financial markets are volatile and can fluctuate significantly in response to company, industry, political, regulatory, market, or economic developments. The information provided does not take into account the suitability, investment objectives, financial situation, or particular needs of any specific person.

All overviews and commentary are intended to be general in nature and for current interest. While helpful, these overviews are no substitute for professional tax, investment or legal advice. Clients and prospects should seek professional advice for their particular situation. Neither Manulife Investment Management, nor any of its affiliates or representatives (collectively “Manulife Investment Management”) is providing tax, investment or legal advice. 

This material is intended for the exclusive use of recipients in jurisdictions who are allowed to receive the material under their applicable law. The opinions expressed are those of the author(s) and are subject to change without notice. Our investment teams may hold different views and make different investment decisions. These opinions may not necessarily reflect the views of Manulife Investment Management. The information and/or analysis contained in this material has been compiled or arrived at from sources believed to be reliable, but Manulife Investment Management does not make any representation as to their accuracy, correctness, usefulness, or completeness and does not accept liability for any loss arising from the use of the information and/or analysis contained. The information in this material may contain projections or other forward-looking statements regarding future events, targets, management discipline, or other expectations, and is only current as of the date indicated. The information in this document, including statements concerning financial market trends, are based on current market conditions, which will fluctuate and may be superseded by subsequent market events or for other reasons. Manulife Investment Management disclaims any responsibility to update such information.

Manulife Investment Management shall not assume any liability or responsibility for any direct or indirect loss or damage or any other consequence of any person acting or not acting in reliance on the information contained here.  This material was prepared solely for informational purposes, does not constitute a recommendation, professional advice, an offer or an invitation by or on behalf of Manulife Investment Management to any person to buy or sell any security or adopt any investment approach, and is no indication of trading intent in any fund or account managed by Manulife Investment Management. No investment strategy or risk management technique can guarantee returns or eliminate risk in any market environment. Diversification or asset allocation does not guarantee a profit or protect against the risk of loss in any market. Unless otherwise specified, all data is sourced from Manulife Investment Management. Past performance does not guarantee future results.

A widespread health crisis such as a global pandemic could cause substantial market volatility, exchange-trading suspensions and closures, and affect portfolio performance. For example, the novel coronavirus disease (COVID-19) has resulted in significant disruptions to global business activity. The impact of a health crisis and other epidemics and pandemics that may arise in the future, could affect the global economy in ways that cannot necessarily be foreseen at the present time. A health crisis may exacerbate other pre-existing political, social and economic risks. Any such impact could adversely affect the portfolio’s performance, resulting in losses to your investment.

Manulife Investment Management

Manulife Investment Management is the global wealth and asset management segment of Manulife Financial Corporation (“Manulife”). We draw on more than a century of financial stewardship to partner with clients across our institutional, retail, and retirement businesses globally. Our specialist approach to money management includes the highly differentiated strategies of our fixed-income, specialized equity, multi-asset solutions, and private markets teams—along with access to specialized, unaffiliated asset managers from around the world through our multimanager model.

This material has not been reviewed by, is not registered with any securities or other regulatory authority, and may, where appropriate, be distributed by Manulife Investment Management and its subsidiaries and affiliates, which includes the John Hancock Investment Management brand.

Manulife, Manulife Investment Management, Stylized M Design, and Manulife Investment Management & Stylized M Design are trademarks of The Manufacturers Life Insurance Company and are used by it, and by its affiliates under license.

2085366

Frances Donald

Frances Donald, 

Économiste en chef, Monde et stratège, Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Read bio