Composer avec l’incertitude : évaluer les trois piliers du marché boursier canadien

Après un bon début d’année, les perspectives des actions canadiennes se sont assombries à mesure que les répercussions économiques de l’éclosion de COVID-19 se sont précisées et que les activités commerciales ont lentement cessé. Dans cette note, Patrick Blais, gestionnaire de portefeuille principal, examine les catégories d’actif et expose son point de vue sur la façon de composer avec l’incertitude.

Les marchés boursiers ont démarré l’année en beauté, les États-Unis et la Chine ayant signé la première phase d’un nouvel accord commercial, la croissance économique mondiale semblant se stabiliser et les bénéfices des sociétés demeurant solides. Cependant, vers la fin de février, les marchés boursiers mondiaux ont fait l’objet de dégagements massifs en réaction à la pandémie de COVID-19, qui a entraîné la débâcle des entreprises du monde entier, la fermeture des écoles et une augmentation considérable des taux de chômage.

L’incapacité des banques centrales à normaliser leur politique monétaire après la crise financière de 2008-2009 s’était, selon nous, traduite par des risques d’évaluation pour certains segments des marchés des actions et avait rendu les marchés boursiers plus sensibles à la volatilité à la baisse.

Le ralentissement notable de l’activité économique s’est accompagné de mesures rapides et décisives de la part des banques centrales partout dans le monde, notamment de la Réserve fédérale américaine qui a ramené les taux d’intérêt à près de 0 %. De vastes plans de relance ont été annoncés à l’échelle mondiale pour soutenir l’économie et atténuer les énormes perturbations économiques. Vers la fin du trimestre, les marchés boursiers ont récupéré une partie des pertes causées par la vague de liquidation, mais la confiance des investisseurs est restée résolument négative face à la propagation du virus.

Depuis quelque temps, nous nous inquiétons des déséquilibres mondiaux, du niveau d’endettement élevé, de la faiblesse de la croissance économique mondiale et de la mollesse continue de l’inflation. L’incapacité des banques centrales à normaliser leur politique monétaire après la crise financière de 2008-2009 s’était, selon nous, traduite par des risques d’évaluation pour certains segments des marchés des actions et avait rendu les marchés boursiers plus sensibles à la volatilité à la baisse.

Le marché boursier canadien

Les trois piliers du marché boursier canadien – les services financiers, l’énergie et les matières premières représentent plus de 55 % de l’indice composé S&P/TSX1. Les trois secteurs sont influencés par des facteurs macroéconomiques et ont été confrontés à des difficultés cette année jusqu’à maintenant en raison du ralentissement de l’activité économique, du recul du cours des produits de base (à l’exception de l’or) et du retour à des taux d’intérêt se rapprochant de zéro.

Les banques canadiennes

Nous sommes devenus de plus en plus prudents à l’égard du secteur bancaire depuis le début de l’année en raison des préoccupations suscitées par l’augmentation des provisions pour pertes sur créances, la baisse des marges d’intérêt nettes et le surendettement des consommateurs canadiens. Bien que le soutien annoncé par la Banque du Canada devrait contribuer à maintenir les niveaux de liquidité dans le secteur, l’environnement de faiblesse des taux d’intérêt exercera encore plus de pressions à la baisse sur les marges nettes d’intérêt2.

Bien que certaines banques disposent actuellement de solides flux de trésorerie disponibles, nous nous attendons à ce que ces flux diminuent en raison de leur exposition à des prêts personnels canadiens plus risqués, surtout si les perspectives économiques s’assombrissent davantage, ce qui est très susceptible de se produire selon nous. Nous sommes également préoccupés par le fait que les banques qui exercent d’importantes activités à l’échelle internationale pourraient se retrouver avec des provisions pour pertes sur créance disproportionnellement plus élevées que leurs homologues axées sur le marché intérieur.

Énergie

Les inquiétudes suscitées par la faiblesse de la demande dans un contexte d’offre croissante et de pressions croissantes sur les marges en raison des dépenses liées aux gaz à effet de serre ont tempéré notre point de vue sur le secteur de l’énergie au pays depuis le début de l’année. L’éclosion de COVID-19 n’a pas aidé – les données fondamentales du côté de la demande se sont détériorées à mesure que les politiques de confinement ont été mises en place et que l’activité économique a ralenti considérablement. Pendant ce temps, l’offre a été perturbée par la décision de l’Arabie saoudite d’augmenter la production de pétrole en réaction au refus de la Russie de participer à d’autres réductions de production3. Bien que l’OPEP+ ait finalement accepté de réduire sa production, les dommages étaient déjà faits – les prix du pétrole WTI sont passés de plus de 60 $ US le baril au début de l’année à environ 25 $ US le baril au moment de la rédaction du présent article, tombant en territoire négatif à un certain point2.

Matières premières

Nous avons toujours cru qu’il était important de mettre l’accent sur les sociétés qui affichent depuis longtemps d’importants flux de trésorerie disponibles et de solides rendements de trésorerie dans ce domaine

Le secteur des matières premières est un autre secteur cyclique très volatil. Le secteur est composé d’un certain nombre de sous-secteurs, dont les métaux de base, les métaux précieux, les produits chimiques, la foresterie et l’emballage. Nous avons toujours cru qu’il était important de mettre l’accent sur les sociétés qui affichent depuis longtemps d’importants flux de trésorerie disponibles et de solides rendements de trésorerie dans ce domaine. Actuellement, les sociétés d’emballage et d’étiquetage sont un exemple d’un secteur qui répond à cette description, car ces sociétés sont moins sensibles aux fluctuations des prix des produits de base. Cela dit, nous croyons qu’il existe des occasions intéressantes, par exemple dans le secteur aurifère. La sélectivité est essentielle ici – nous avons réussi à repérer une société présentant un profil risque-rendement intéressant et des flux de trésorerie disponibles élevés par rapport à ses concurrentes.

Regard sur l’avenir

Bien qu’il ne fasse guère de doute que nous ayons assisté à la fin du plus long cycle d’expansion économique de l’histoire des États-Unis, qui coïncide avec l’un de ses plus longs marchés boursiers haussiers, il est important de se souvenir que les deux ont démarré au terme de la dernière correction marquée des marchés boursiers, soit de la crise financière mondiale de 2008-2009. À l’époque, tout comme aujourd’hui, les banques centrales ont réagi en appliquant des mesures de relance monétaire sans précédent pour stimuler les marchés financiers. Cette fois, une politique budgétaire de soutien a été déployée en Amérique du Nord, incluant un projet de loi prévoyant 2 000 milliards de dollars américains de fonds de relance récemment adopté par le Sénat des États-Unis4 et un Plan d’intervention économique de 107 milliards de dollars canadiens au Canada5.

L’image montre trois graphiques illustrant les conséquences sur le ratio de capitalisation des régimes de retraite qui ont commencé l’année pleinement capitalisés. Les graphiques comparent des régimes ayant des placements traditionnels composés à 60 % d’actions et à 40 % d’obligations, à ceux dont le fonds est constitué à 20 % d’actions et à 80 % de portefeuilles d’investissement guidé par le passif. Le graphique 1 montre qu’au Canada, le ratio de capitalisation des régimes dont la répartition de l’actif est de 60/40 est passé de 100 % à 91 % durant le trimestre, tandis qu’il a chuté à 97 % pour ceux ayant une répartition 20/80. Aux États-Unis, le ratio de capitalisation des régimes dont la répartition est de 60/40 a été ramené à 86 %, alors qu’il a reculé de 5 %, pour atteindre 95 %, pour ceux ayant une répartition de 20/80. Au Royaume-Uni, le ratio de capitalisation des régimes dont la répartition est de 60/40 est tombé à 84 %, comparativement à 95 % pour ceux ayant une répartition de 20/80.

De par leur nature, les marchés sont tournés vers l’avenir et tentent d’anticiper un certain nombre de facteurs, notamment le moment où l’on parviendra à ralentir l’expansion de COVID-19. Comme ce fut le cas lors de la crise financière mondiale de 2008-2009, la question qui se pose est de savoir quand les marchés financiers cesseront de s’interroger sur les dommages économiques causés par l’éclosion et commenceront à tenir compte d’une reprise éventuelle.

Il est juste de dire que les perspectives des marchés mondiaux, incluant les actions canadiennes, sont incertaines à ce stade. Tant que la COVID-19 continuera de perturber la reprise des activités commerciales habituelles, la volatilité occupera probablement une place importante sur les marchés des capitaux. Dans des périodes comme celle-ci, nous croyons qu’il est judicieux de continuer d’accorder la priorité à la protection contre les baisses et de mettre l’accent sur les sociétés bien gérées et de grande qualité qui ont d’importants flux de trésorerie disponibles, en particulier celles qui peuvent offrir des rendements non corrélés.

1 Bloomberg, avril 2020. 2 La Banque du Canada annonce le lancement réussi du mécanisme permanent d’octroi de liquidités à plus d’un jour, Banque du Canada, 30 mars 2020. 3 OPEC and allies agree to historic oil production cut, NBC News, 13 avril 2020. 4 Trump signs historic $2 trillion stimulus after Congress passes it Friday, CNN, 27 mars 2020. 5 Parliament passes Ottawa’s $107 billion COVID-19 aid package, CBC, 25 mars 2020.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19) perturbe ainsi considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire, ainsi que d’autres épidémies et pandémies susceptibles de survenir à l’avenir, pourraient avoir des conséquences sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.

Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation des renseignements ou des analyses présentés. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie.

Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus de 150 ans d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers ainsi que dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site gamanuvie.com.

Australie :Hancock Natural Resource Group Australasia Pty Limited, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited.Brésil : Hancock Asset Management Brasil Ltda. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine :Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen et Royaume-Uni : Manulife Investment Management (Europe) Limitedqui est régie et réglementée par l’organisme Financial ConductAuthorityManulife Investment Management (Ireland) Ltd. qui est régie et réglementée par l’organisme Central Bank of Ireland Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT ManulifeAsetManajemenIndonesia. Japon : ManulifeInvestment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad (auparavant Manulife Asset Management Services Berhad), numéro d’inscription : 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Asset Management and Trust Corporation. Singapour :Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taïwan :Manulife Asset Management (Taiwan) Co., Ltd. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Manulife Investment Management Private Markets (US) LLC et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

515264

Patrick Blais, CFA

Patrick Blais, CFA, 

Gestionnaire de portefeuille principal, Actions fondamentales canadiennes

Gestion de placements Manuvie

Read bio