L’effet Delta : Moment macroéconomique

Le variant Delta de la COVID-19 complique certainement les perspectives de l'économie mondiale et nous gardons un œil sur cinq façons dont ces complications pourraient se matérialiser. Nous examinons également l'économie à la demande (« gig economy ») sous un angle ESG et discutons du rendement de la dette des marchés émergents.

Le Delta affecte nos perspectives économiques

Bien que nous ne pensions pas le variant Delta de la COVID-19 va changer la donne complètement, ce dernier affecte marginalement nos perspectives économiques mondiales. En général, il réduit la probabilité que les risques de hausse se matérialisent et augmente la probabilité que les risques de baisse se matérialisent. Pourquoi ?

  • L'incertitude augmente: Nous pouvons essayer de deviner ou supposer, mais nous ne savons pas réellement comment les gouvernements et les banques centrales choisiront d'agir, ni comment les ménages et les entreprises réagiront, ce qui signifie des intervalles de confiance plus larges et une plus grande importance accordée aux risques extrême à la baisse..
  • Une réouverture mondiale plus lente: La bonne nouvelle est que cela allonge le cycle en réduisant le risque d'une croissance problématique de type « boom/bust ». De plus, cela signifie que nous pouvons nous inquiéter un peu moins de l'inflation mondiale. La mauvaise nouvelle est que la probabilité d'atteindre une croissance suffisante pour se sortir de la récession post-COVID-19 diminue, tandis que les risques de baisses (ou obstacles à la croissance) augmentent. 
  • Les perturbations de la chaîne d'approvisionnement : Elles ont toujours été censées être temporaires, mais les fermetures de ports et la baisse d'activité (en particulier en Asie) signifient que ce problème pourrait persister plus longtemps que prévu. Cela indique que le pouvoir de fixation des prix est encore plus important aujourd'hui et que nous devons rester attentifs à la destruction de la demande, qui pourrait nuire à la croissance dans, par exemple, les secteurs du logement, de l'automobile et des biens durables.
  • Les changements dans la population active: Nous devons (à nouveau) surveiller les perturbations scolaires potentielles en septembre, car nous savons par expérience qu’elles affectent les taux de participation à la population active. C'est particulièrement important car, jusqu'à présent, l'opinion générale était que nous allions assister à une augmentation de l'offre de main-d'œuvre durant cette période et que la croissance des salaires resterait donc modérée. Nous devons maintenant tenir compte d'une probabilité plus élevée que cette augmentation de l'offre de main-d'œuvre ne se produise pas.
  • Les prix de l'énergie : Des actions de compagnies pétrolières aux options d’achat sur devises, en passant par les perspectives de croissance relative, les répercussions des prix de l’énergie se font sentir. Surtout, la baisse des prix du pétrole va probablement réduire davantage les attentes du marché en matière d'inflation, et donc les rendements.

Septembre arrive, gardez un œil sur le marché du travail

Taux de participation à la population active, hommes et femmes aux États-Unis (%)

Graphique linéaire du taux de participation au marché du travail aux États-Unis depuis 2007. Le taux était sur une tendance constante à la baisse et a été considérablement exacerbé par la pandémie de COVID-19, et n'a pas récupéré.

Source: U.S. Bureau of Labor Statistics, Macrobond, Gestion de placements Manuvie, au 10 août 2021. 

Les bénéfices augmentent au détriment des travailleurs à la demande et de la croissance des salaires

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence la vulnérabilité d'une partie non négligeable et croissante de l'économie, soit les travailleurs à la demande. Selon le Bureau of Labor Statistics, il y avait 55 millions de travailleurs à la demande aux États-Unis en 2017.1 Dans la plupart des cas, ces travailleurs ont été les premiers à se retrouver sans emploi, et beaucoup d'entre eux appartenaient à certaines des industries les plus durement touchées dans le secteur des services.  

Ce qui est problématique est que ces travailleurs ont également eu du mal à bénéficier de nombreuses allocations de chômage et d'autres prestations d'urgence liées à la pandémie, compte tenu de la classification de leur emploi. Des pressions internes et externes s'exercent sur l'administration Biden, ainsi que sur d'autres membres du G7, pour qu'il soit plus difficile pour les entreprises de classer les travailleurs comme des travailleurs indépendants à contrat. Dans de nombreux cas, les salaires perçus dans le cadre de ces travails à la demande sont bien inférieurs au salaire minimum et les avantages sociaux des employés sont rares.

Il n'est pas surprenant que l'augmentation du nombre de travailleurs à la demande s'accompagne d'une augmentation de la proportion des bénéfices des entreprises en pourcentage du PIB au détriment des salaires en pourcentage du PIB. Les salaires ont connu une baisse constante au cours du dernier demi-siècle, tandis que les bénéfices des entreprises ont nettement augmenté. Les actionnaires ont été récompensés par des bénéfices plus importants et moins d'impôts sur ces bénéfices, tandis que les salariés ont peiné. Nous considérons la dynamique actuelle de l'économie à la demande comme une composante de l'un de nos thèmes plus larges concernant la montée du populisme et également comme un élément essentiel des problèmes sociaux que nous observons lorsque nous analysons la situation de l'emploi aux États-Unis sous un angle ESG.

Les bénéfices sont en hausse au détriment des salaires.

Salaires et bénéfices des sociétés en pourcentage du PIB aux États-Unis (moyenne mobile sur 10 ans)

Graphique linéaire des bénéfices et des salaires des entreprises américaines en pourcentage du PIB depuis 1980. Les bénéfices sont en constante augmentation, tandis que les salaires ont diminué

Source: Sustainable Market Strategies, Gestion de placements Manuvie, juillet 2021. 

Dette des marchés émergents : les opportunités abondent

Nous avons beaucoup écrit sur les conséquences permanentes de la pandémie de COVID-19. Il fut un temps où un rendement de 7 % (au pire) sur la dette en USD des marchés émergents n'était pas si inhabituel. Cependant, avec la baisse constante des rendements dans le monde entier, le pourcentage de la dette publique totale des marchés émergents offrant un rendement d'au moins 7 % a diminué de moitié au cours des trois dernières années, passant de 18 % à 9 %. De plus, alors qu'il n'y avait pratiquement aucune dette des marchés émergents en USD dont le rendement était inférieur à 2 % il y a à peine deux ans, ce chiffre atteint aujourd'hui près de 30 %.

Est-ce que cela signifie que la dette des marchés émergents est moins attrayante pour les investisseurs en quête de rendement dans un monde de faibles taux ? Pas à notre avis. 

La proposition de valeur de la dette des marchés émergents va bien au-delà de son rendement. Elle offre toujours des avantages de diversification, un fort potentiel de croissance et une faible volatilité, mais il est essentiel d’agir avec diligence raisonnable. En effet, il s’agit d’une catégorie d'actifs hétérogène, mais qui recèle de nombreuses opportunités. Nous pensons que l'Asie reste particulièrement attrayante dans un contexte de baisse de la liquidité mondiale. Notre analyse montre que, dans un tel environnement, les obligations asiatiques en monnaie locale, les obligations souveraines asiatiques en USD et le crédit asiatique en USD surperforment leurs homologues. En particulier, nous constatons que les obligations asiatiques de première qualité et à rendement élevé surperforment également leurs homologues américains et mondiaux.

C’est de plus en plus difficile de trouver un rendement décent

Dette des marchés émergents en USD au fil des années, par fourchette de rendements

Graphique linéaire montrant différentes fourchettes de rendement de la dette des pays émergents en 2018, 2019, 2020 et maintenant. Il montre qu'il y a maintenant plus de dette des pays émergents avec un rendement inférieur à 2 % qu'il y a quelques années, et beaucoup moins de dette des pays émergents avec un rendement supérieur à 7 %.

Source: Bloomberg, Gestion de placements Manuvie, au 8 juillet 2021.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19) perturbe ainsi considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Une crise sanitaire ainsi que des épidémies et pandémies futures pourraient avoir, sur l’économie mondiale, des répercussions qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques préexistants, qu’ils soient politiques, sociaux ou économiques. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.
Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Gestion de placements Manuvie
Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus de 100 ans d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers ainsi que dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site www.manulifeim.com/institutional/ca/fr

Australie : Hancock Natural Resource Group Australasia Pty Limited, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Brésil : Hancock Asset Management Brasil Ltda. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine : Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen Manulife Investment Management (Ireland) Ltd., qui est habilité et régie par l’organisme Central Bank of Ireland. Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT Manulife Aset Manajemen Indonesia. Japon : Manulife Investment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Investment Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taiwan : Manulife Asset Management (Taiwan) Co., Ltd. Royaume-Uni : Manulife Investment Management (Europe) Limited, qui est habilitée et régie par l’organisme Financial Conduct Authority. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Marchés privés Gestion de placements Manuvie (États-Unis) SARL et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

PPM 541074

Frances Donald

Frances Donald, 

Économiste en chef, Monde et chef mondiale, Stratégie macroéconomique, Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio